Fond
Dos

AVANT-PROPOS



[...]


Je termine par un petit récit. Au Moyen Age, à Rouen, trois maçons s'affairaient ensemble sur un chantier. Un passant leur demanda ce qu'ils faisaient. Le premier répondit : « Je façonne des pierres. » Le deuxième : « J'érige un mur. » Et le troisième de s'exclamer : « Je bâtis une cathédrale ! » Donc, quand je traduis, je ne me borne pas à aligner des mots, je ne me contente pas de rendre un texte en français, j'apporte ma pierre à la défense et à l'illustration de la langue française, à la forteresse que nous construisons ensemble pour sauvegarder notre langue. Oui, mon dictionnaire est une vocation, un sacerdoce car « le service de la langue française a ceci de commun avec la religion qu'il n'est pas nécessaire d'y réussir pour s'y consacrer, ni d'y briller pour s'y plaire », disait plaisamment Gabriel de Broglie, de l'Académie française.

Luc Labelle